• 04.94.92.91.92
  • cdad.tgi-toulon@justice.fr

PAD de Brignoles : Procès pénal interactif – 28 avril 2017

PAD de Brignoles : Procès pénal interactif – 28 avril 2017

Sensibiliser les jeunes et comprendre le fonctionnement de la justice, tel a été l’objectif du point d’accès au droit de Brignoles, en organisant un procès pénal interactif, le vendredi 28 avril 2017.

Ont participé à cette manifestation le CDAD du Var, la préfecture, la communauté de communes du comté de Provence, le parquet du tribunal de grande instance de Draguignan.

Dans le hall des expositions, environ deux cents personnes, pour la majorité des collégiens de quatrième du collège Paul Cézanne, ont pu assister au procès pénal fictif de l’une de leur camarade, Julia.

L’histoire – imaginée par madame Géraldine OSTERMANN, éducatrice PJJ – est celle d’une jeune collégienne, Anna, placée en foyer, qui a sombré dans la délinquance.

Elle est accusée d’avoir consommé des produits stupéfiants, de harcèlement, et de violence sur son camarade de classe, Julien.

Deux élèves, Julia et Enzo, ont alors joué l’audience, devant de véritables acteurs de la justice.

Monsieur Olivier LAMBERT, président du tribunal d’instance de Toulon, présidait pour l’événement le tribunal pour enfant, avec pour assesseurs, monsieur Michel FRANÇOIS et monsieur Georges DENUNZIO, conciliateurs de justice.

Au parquet, madame Sabrina NECHADI, substitut du procureur de la République près du TGI de Draguignan, assurait le rôle du ministère public. Deux avocates du barreau de Draguignan, Me Céline LORENZON et Me Laure COULET ont assisté l’auteur et la victime, le greffe était tenu par le directeur du greffe du tribunal d’instance de Brignoles.

Cette représentation s’inscrit dans le cadre d’un projet pédagogique qui a pour but de permettre aux jeunes d’acquérir un meilleur niveau de compréhension de l’organisation des institutions judiciaires, de leur fonctionnement, de leurs acteurs, de rappeler, comme l’a dit le substitut du procureur, Sabrina NECHADI, ce qu’est « le « vivre ensemble » la violation de la loi, les peines qui sont encourues, la portée des actes, et les conséquences. ».

Grâce à l’investissement des membres du collège, des professionnels du droit et de la justice, des gendarmes et des éducateurs PJJ, cette action a pu se réaliser et donner corps à des prestations de grande qualité.

 

CDAD